VANIA ADRIEN SENS

41, rue Jules Lemaitre - 75012 - PARIS - 01 40 19 04 74 -
vania.adrien.sens@wanadoo.fr


Le joueur de flûte
" Sous les pavés, mes plages et mes terrains vagues bordés d'herbe fraîche...Du Pont Mirabeau d'Appolinaire, au Montmartre de Couté, une petite moisson de chansons qui invite au voyage en compagnie de ces poètes badauds de Paris.
Voici pour terminer ce siècle en chantant, un bouquet de notes de musique parmi celles que je préfère tourner sur l'instrument magique..." (Vania)

" Venu du théâtre, Vania a été de toutes les aventures de la chanson et de la poèsie depuis 1966; et des luttes contre les injustices des hommes . Il a hanté les cafés-théâtres, les maisons de la culture, les cabarets - les mythiques et les autres - , en Province comme à Paris. Il a participé à la belle aventure de la rue Mouffetard, à celle de la Butte aux Cailles et bien sûr à celle du Limonaire. Il a apprivoisé l’orgue de barbarie Odin et l’a porté dans la rue, sur le pavé, et dans le coeur de ceux qui ont gardé leur âme d’enfant... ".( Claude GAISNE)

En 1967, découvre l’oeuvre de Gaston Couté chez Monique Morelli qui vient d’enregistrer un 30 cm avec 8 titres sur des musiques de Lino Léonardi. Depuis il n’a cessé de tourner et d’enregistrer des spectacles .

En 1975 il enregistre un premier 30 cm de la " Chanson d’un gâs qu’à mal tourné " chez Claude Mann, puis en 1979 un second album " le Tournevire au vaisselles " qui sera réédité par Expression Spontané.

En 1983 , il organise un premier festival qui se déroule dans une vingtaines de lieux avec la participation d’une dixaine d’artistes : J.Florencie - B.Meulien - M.Robine - Cl.Antonini - etc.. ; depuis chaque année il reprends ces " semaines Gaston Couté dans différents lieux de spectacles.

En 2000 c’est avec François Robin et l’équipe de Roudon Diffusion Artistique que s’est déroulé l’itinéraire Gaston Couté, avec une trentaine d’artiste de différentes région de France et plus d’un millier de spectateurs rencontrés dans une vingtaines de lieux.

Maintenant Vania continue le voyage avec Gaston Couté, avec les musiciens qui l’accompagnent habituellement, dans un nouveau spectacle pour préparer un nouveau cru de chansons a mettre sur ces fameux petit macarons de la chanson....


DISCOGRAPHIE :
1968 - Le joli Mois de Mai à Paris.- 45 T Polydor
1970 - MAI 68 et la Commune de 1871 - 45 T Express Spontané.
1975.- Chanson du Gâs qu'a mal Tourné - 33 T VAS
1977 " Le Tournevire aux Vaisselles" - 33 T VAS - Expre Spont.
1987 " Entre Avenir et Souvenir" - K7 C40 VAS
1989 " VANIA Chante 68 en 89 " - K7 C40 VAS
1990 Une Chanson c'est presque rien - "K7 C.40. VAS
1992 " Coin de Rue " Orgue de Barbarie - K7. C30. VAS
2000 " Le Joueur de Flûtes " Orgue de Barbarie - CD.40. TZ



Vania vous propose 5 Spectacles :
1 - Chansons de Coin de Rue : 2 heures de chansons à l’orgue de Barbarie à reprendre.
2 -La Chanson d’un Gâs qu’a mal tourné : 1 heure de Textes et Chansons de Gaston Couté
3 -De la Commune de Paris de 1870 à Mai 1968 : 1 heure de Chansons de luttes et contestataires.
4 -Entre Avenir et Souvenir : Voyage d’une 1 heure avec les poètes de l’errance citadine.
5 -Comment ça se fabrique une chanson : 45 mn de Spectacle pour enfants de 6 à 12 ans


Une osmose entre le poète et son interprète
Quelque chose se dégage quand VANIA chante. L'espoir humain qui vit chez le poète, nous arrive totalement par le chanteur. Une heure et demie de " grand spectacle intime" à ne pas manquer
DERNIERES NOUVELLES D'ALSACE

Le populisme bien accroché
Un langage d'une telle violence et d'une telle richesse mériterait des dizaines d'inteprètes. Vania qui a le populisme bien accroché en donne une version de fervent.
Jean MARQUIS . TELERAMA 1441

Au détour d'une révolte
Sa musique et son interprètation ajoutent à la puissance, à l'humour des textes et c'est régal d'assister aux fêtes de ces individus issus du même tonneau

Article de Michel REBOURG paru en mars 1978 dans "La République du Centre"
... Nous poursuivons notre ballade beauceronne, par un large détour dans le18ème arrondissement : Couté y est présent, sous un autre visage, tout aussi prenant que celui de Pierron. Les chemins de cette mélodie patoisante se rejoignent au carrefour de toutes les régions, plaines ou villes monstres. Mais ne tardons pas, les traces risquent de se perdre.

    UNE VIE SANS AUCUNE CONCESSION
    Petit, peu râblé, Vania nous accueille, un sourire perceptible dans le coin des lèvres qui cache une bouche babillarde, avide de raconter un espoir, Gaston Couté. Il vit à Paris - à côté de la Butte aux multiples escaliers - parmi tout un peuple d'artistes et de bohémiens qui vivent de ça : quelques notes grattées sur une guitare fétiche. Et comme de nombreux(ses) interprètes dont la vie se confond à la chanson (Monique Morelli, Cl. .Antonini ou Machon), Vania transporte dans toutes les régions sa silhouette dé peineux, une tête blonde ouverte aux grands champs, tel un moulin. .
    Gérard Pierron nous avait très peu délié - plutôt murmuré - son envie qui le rattachait à Couté, son spectacle en étant sa plus véritable expression. Vania la confie, à notre demande certes. Aucun besoin de l'interroger, il parle comme il respire, nous donne des appréciations - les siennes - sur le travail des interprètes qu'il connaît. Pas -besoin non plus d'une observation accrue : il se promène sur le même chemin que Coûté, trois quarts de siècle après lui.

... " Rendre Couté dans son actualité, sans aucune concession,. Sans en changer quoi que ce soit, cela reste difficile au niveau d'une diffusion plus large, on en enlève le contenu. Tout le côté libertaire, la prise de conscience ne passe absolument pas. Ainsi dans une des émissions d'"Aujourd'hui Madame" consacrée au monde paysan eu début du siècle, les producteurs ont passé le "Christ en bois" mais en coupant la fin. C'est un individu qui exprimait ce qu'il voyait, une espèce de journaliste de son époque affecté d'une richesse de langage et d'images intenses.
"Couté crée un certain malaise, tout le monde en prend plein la gueule. Il est irrécupérable par rapport à la bourgeoisie : c'est une malhonnêteté de châtrer son œuvre ". En jugeant son propre travail, Vania précise:
" Lorsqu'on travaille dans les foyers' de jeunes travailleurs, les lycées agricoles, il m'a paru nécessaire de faire une musique actuelle pour toucher plus. C'est un poète qui a besoin de peu d'artifice, son texte est amplement suffisant; il aurait très bien plus vivre actuellement. De sorte que les mélodies que je fais sont assez simples afin que les gens puissent les reprendre, afin de me marquer contre une certaine Kulture (avec un grand K) ".

    QUELQU'UN DE TRES SAIN
    Pêle-mêle s'amoncelant comme un tas de crêpes, les phrases contiennent toute la passion et la volonté d'une lutte à mort contre une hydre de Lerne dominante. Vania laisse parler en lui le Beauceron, les mots parfois glissent et entrouvrent les grottes du patois. Un patois un peu noyé à Paris certes, mais trop accroché et retenu dans les cabarets et les cafés-théâtres, toujours présents, toujours sombres de leur passé.
    " Couté ne donne pas la solution. Ce qu'il demande c'est que les gens soient moins " cons " (le mot est cru mais vivifiant) et qu'ils se réveillent, refusent un tas de choses. Il a un impact énorme vis-à-vis d'une jeunesse de 18 à 30 ans. Tout le travail que peuvent les interprètes en y apportant leur monde, leur vie, c'est de dire ce que Couté a écrit. Lorsqu'on a composé un spectacle de deux heures avec ses poèmes, le mieux c'est de le raconter et de le chanter. "

            Et d'ajouter sans aucune condescendance : "Je crois que c'était quelqu'un de très sain, cet homme -là. C'est le poète qui correspond le mieux à cet état anarchiste, libertaire ".

    Son disque sorti, il y a un peu plus d'un an, il le présente dans la droite ligne de ses idées : " Concrétisation de neuf ans de travail et de spectacles sur la "Chanson d'un gâs qu'a mal tourné", je l'ai réalisé uniquement avec quelques amis. De la première bande sonore au dernier collage de pochette et de la production à la distribution, sans trahir l'esprit de l'auteur ". D'où peut-être - comme nous l'ont souligné quelques personnes - un ensemble moins parfait, pas si solide qu'un bon produit commercial. Le spectacle qu'il présente comporte une partie consacrée à la femme " parce qu'il a dit beaucoup de choses sur la femme " et il enchaîne avec des poèmes où suit toute une critique aiguë. A propos du prochain disque, qui sera techniquement plus éprouvé, il précise : "II doit tenir compte des critiques qu'il va eues et il faut arriver à quelque chose de meilleur, en se battant à tous les niveaux ".

UNE POESIE TELLEMENT RICHE ET ACTUELLE
" J'ai d'abord fait du théâtre, puis je me suis mis au café-théâtre qui est devenu plutôt du caf'conc'. Maintenant cela va mieux, je vis de mes spectacles. Car les concessions faites par Couté pour ce qui est de la nourriture l'ont fait mourir à petit feu. Quand tu le chantes, il faut le voir comme un ami, très proche de lui ; il a un amour immense des gens, tout en les craignant. C'est un souffle que je fais ressortir avec l'accordéoniste qui m'accompagne. Il y a des choses que je n'aime pas chez lui, mais ce qui fait son individu, c'est la somme des ambiguïtés : il est tout le contraire d'un animal dressé ".

    Ce soupir de Vania paraît " en retrait " de tout le désir profond qui l'anime depuis que nous l'écoutons, mais c'est en même temps un regard sur une besogne ardue. Il se rattrape, à sa façon : " Quand on fait deux heures de Couté, tu es épuisé. Les gens en veulent, te rappellent. J'adresse des petits clins d'œils à l'actualité, ce que j'estime être le travail de quelqu'un qui vit dans ce monde ".
    Ayant tourné avec Bernard Meulien et connaissant également Pierron il nous a " parlé d'eux ", de ce qu'il pensait. " Je pense que Gérard et Bernard sont coupés, vivent plus dans leur monde. A mon avis, il faut rentrer dans le corps, le texte des personnages, les habiller ; les gens simples parlent et savent le patois de n'importe quelle région, tellement il est expressif, gestuel ".
    Sa dernière expression de foi, il la ressent, comme tout au long de ses rencontres avec le "public de province "... " Ce n'est pas à moi de parler de la terre, c'est aux paysans de la raconter, de la conter, comme Couté aime regarder, écouter ceux qui l'entourent, Quelqu'un planté comme une souche, de plein pied dans la terre.
    Lecteur, si tu veux respirer " le foin qui presse ", sache que Vania sera le samedi 1" avril à Saint-Calais, dans la Sarthe.

    Couté vaut plus qu'un détour...